Imprimer

Histoire alsacienne au chai

Écrit par Sud-Ouest le .

Taille du texte :

Conçue pour la mairie de Périgueux à l'occasion du 70e anniversaire de l'évacuation des Alsaciens en Dordogne, l'exposition « Périgueux à l'heure alsacienne » est destinée à se déplacer. Jusqu'au mois de novembre, il est possible de la découvrir gratuitement au chai de Lardimalie.

 

Sud-Ouest Dordogne et le Musée du Chai de LardimalieCatherine Schunk a présenté vendredi l'exposition sur les réfugiés alsaciens en Dordogne. PHOTO A. M.

Il ne s'agit pas d'un hasard, puisque le chai a accueilli une centaine de réfugiés en 1939 durant trois semaines. Ils ont vécu dans les greniers à blé du bâtiment, le temps de leur trouver d'autres logements plus confortables.

80 000 réfugiés
Catherine et François Schunk, qui ont écrit plusieurs livres sur le sujet, sont à l'origine de cette exposition. On y découvre l'histoire de ces 80 000 Alsaciens qui ont atterri en Dordogne au début de l'automne 1939, suite à une décision du gouvernement français qui voulait prévenir une invasion allemande après la déclaration de guerre. Moins d'un an plus tard sonnait l'heure de la défaite, puis l'armistice. Beaucoup de ces réfugiés sont rentrés chez eux, mais environ 15 % sont restés.

Il est intéressant de constater aujourd'hui que de forts liens ont persisté entre les deux régions. Ils sont illustrés notamment par les nombreux jumelages réalisés de nos jours entre communes. Gustave Kleinlein, présent lors de l'inauguration de l'exposition vendredi, a été l'un de ces Alsaciens hébergés au chai. Il y a même fait des vendanges, avant de retourner sur sa terre natale en 1945. Il est revenu vivre définitivement en Périgord en 1972. Il existe de nombreuses histoires de ce genre illustrant ces liens dont l'histoire fut le témoin.

Retrouvez cet article sur le site Internet de Sud-Ouest

Ce site utilise des cookies pour faciliter la navigation sur ce site et pour nos statistiques de visite. Aucune information personnelle n'est stockée. En savoir plus sur les Cookies et comment les supprimer Cliquez ici.
Ce que dit la CNIL sur le RGPD